Les Beatles en streaming

En attendant mon modeste retour sur l’année musicale 2015, la nouvelle que personne n’a pu raté c’est l’arrivée des Beatles sur les services de musique en ligne.

Et je dois avouer que rien ne pouvait me faire plus plaisir. En effet, je dois confesser que j’ai eu mes premiers émois musicaux avec le groupe de Liverpool, lorsque tout petit j’ai enfin eu le droit jouer avec la platine Akaï de papa et y ai posé le 45 tours de Let It Be pour la première fois. Je suis immédiatement tombé amoureux de leur sens inné de la mélodie.

Bref, trêve de mièvrerie et de nostalgie, je vous propose pour fêter ça un petit florilège de mes morceaux préférés des Fab Four avec une playlist Spotify. Je ne suis pas un grand fan des premières années, mais j’ai essayé de piocher dans un peu toutes les périodes de leur histoire, et j’ai tout classé chronologiquement. Et je n’ai pas joué les puristes, puisque l’on peut y retrouver un morceau chanté par Ringo et une des nombreuses élucubrations indiennes de George Harrison.

 

Gaz Coombes

Si les nom de Gaz Coombes ne vous dit rien, j’ai un (gros) petit indice pour vous : « Supergrass ». Oui, c’est le chanteur à rouflaquettes du célèbre groupe des 90’s. Personnellement, je n’avais aucune idée de ce qu’ils étaient devenus, mais je constate qu’ils n’ont cessé de sortir des disques jusqu’à leur fin, il y a 5 ans.

Et depuis, le hirsute chanteur anglais mène une carrière solo dont l’actualité réside en la sortie d’un deuxième album intitulé « Matador ». Pas grand chose à voir avec Supergrass : la musique de Coombes est plus posée, moins brute et tout simplement plus fouillée. Attention calembour : j’ai envie de dire que sa musique, c’est de la musique de chambre, à Gaz. Vous l’avez ?

Bref, cet album est un ramassis de très bonnes chansons, à quoi vient s’ajouter quelque chose de nostalgique. J’y trouve des accents de Smashing Pumpkins parfois, pour tout vous dire. Une vraie réussite. Et j’aime particulièrement « 20/20 » comme morceau, qu’on se le dise.

 

Et voici la vidéo du premier extrait de l’album, « Detroit », sorti en début de l’année

Benjamin Booker

Le clip du jour c’est celui de Violent Shiver, morceau signé Benjamin Booker. Et je ne vous cache pas que le titre correspond tout à fait à l’effet que me procure l’écoute de ce bon gros rock qui tâche. ROCK’N’ROLL !!!

Ought

Je ne sais pas si c’est l’approche de la Route du Rock 2014 qui me fait cet effet là, mais je suis en pleine découverte d’une scène nord-américaine absolument géniale. Après Protomartyr, me voilà totalement sous le charme des canadiens (québécois, pardon) de Ought. Pour donner une idée, je dirais que ça sonne comme un mélange entre le Velvet Underground, Talking Heads et Sonic Youth, avec une musique qui a parfois quelque chose de « décadent », et qui sait aussi être énergique à bon escient. En tout cas, il y a du coeur dans la musique de Ought, ça se sent, et c’est ce qui en fait selon moi un groupe à suivre de très près …

 

 

 

Protomartyr

Il n’y a pas que la House et Eminem qui viennent de Détroit, il y a aussi Protomartyr : un groupe au nom absolument terrible et qui produit une sorte de post-rock totalement envoutant. Je ne suis pas un grand spécialiste de Rock, mais pour moi ça navigue entre ce que l’Amérique du Nord produit de meilleur en matière de bon rock bien propre et bien composé à la Arcade Fire ou Interpol, et des influences indéniablement britanniques un peu sale, voir punk à la The Clash.

 

Leur nouvel album semble un peu plus brut que le premier, où figurait ce morceau qui me file toujours autant la patate :

 

En tout cas une chose est sûre : je vais courir me procurer ce « Under color of official right » car je pense que l’on tient là un des meilleurs albums Rock de l’année …