Hyperculte

Même si ça peut s’apparenter à une disparition, avec un dernier post datant du mois de Janvier (de cette année heureusement), je n’ai pourtant pas quitté le navire. Problèmes avec mon Macbook entre autres, pas mal de travail, toutes les excuses pourraient être bonnes mais à quoi bon.

Bref, venons en aux faits et donc à Hyperculte. Je ne remercierais jamais assez Mathieu Conquet pour son excellente chronique dans la matinale de France Culture, grâce à qui j’ai découvert ce duo helvète. A noter qu’on les a également vu sur France Inter entre temps.

Musicalement parlant, le groupe se définit lui-même comme jouant, je cite, de la « transpop minimaliste prekraut & postdisco ». Que ce soit ironique ou non, les mots-clés sont là. On a affaire à un savant mélange de math rock à la Battles, de postrock façon DFA avec de grosses influences Kraut du genre Can. Que du bon.

Ajoutez à cela des paroles un peu barrées, en français s’il vous plait, et déclamées en grande partie par la batteuse, Simone Aubert, dont la voix se situe entre celle d’Ari Up (The Slits) et de la Brigitte Fontaine de la grande époque.

Pas encore de vidéo officielle pour mes morceaux préférés de l’album, comme « Résigné » » ou « Tyran », c’est balot. A défaut, voici le non moins sympathique « Le feu » :