Re

Hey coucou ! Comment ça va ?

Moi ça va pas mal, si ce n’est que je n’ai guère le temps de poster sur ce malheureux blog que je ne cesse de laisser mourir puis de ranimer, comme un patient en fin de vie. Enfin bon, ça fait 12 ans que ça dure maintenant : le peu de gens qui me lisent doivent être habitués.

Trêve de bavardage, il n’y a pas que moi qui suis de retour, Frikstailers aussi. Toujours aussi baléariques, toujours doucement entrainants, le duo mexicano-argentin revient avec « Woranait ». De quoi bien préparer l’été.

 

Booya! Roots Manuva is Back too ! Et produit par Four Tet s’il vous plait.

 

Tout comme Club Cheval, qui ne sont pas produits par Four Tet, mais qui nous pondent un morceau un peu deep (mais pas trop), un peu club (mais pas trop), et surtout vachement bien. Le petit finish au piano est super classe. D’ailleurs ça promet probablement autre chose compte-tenu de la coupure finale, aussi inattendue qu’une page de pub sur NT1.

Børns

Børns, c’est de la bonne pop bien produite comme on l’aime. Si ce « 10 000 emerald pools »  a déjà qq mois, le clip lui est nouveau et annonce un album tout aussi prometteur que les quelques singles sortis jusqu’ici. Clip du jour, donc.

Retour sur 2014

Je constate avec effroi que mon dernier post parle des Transmusicales et que la fréquentation de mon site a tendance à se calquer sur la mienne.

Quoi de mieux pour remédier à cela qu’un bon vieux billet best-of où je parlerais de la musique qui m’a plu en 2014, hein ?

Tout d’abord, je tiens à signaler que l’année dernière à été particulièrement Rock pour moi, avec des très belles réussites dans ce domaine. Je crois même que je peux dire que mes 2 ou 3 albums préférés  de l’année sont des albums de Rock.

Il y a d’abord indéniablement la découverte des très productifs Sleaford Mods et de leur cheap punk revendicatif. Le groupe de l’année. Je serais prêt à faire le déplacement à Nottingham pour voir ça :

 

Je constate au passage que mes nouveaux amis ont fait un passage remarqué dans Tracks cette année dans un reportage comme à l’accoutumée fort intéressant.

 

Maintenant, si je devais parler d’un album Rock qui m’a vraiment marqué en 2014, je ne saurais pas vraiment où donner de la voix. Entre Benjamin Booker, Ought et consort, difficile de faire un choix. Je pense que je finirais quand même par opter pour Protomartyr, dont la galette est restée coincée le plus longtemps sur la platine ces 12 derniers mois. Ce petit côté Interpol destroy m’a vraiment fait plaisir. Pour fêter ça, la vidéo de leur chouette Take Away Show, les pieds dans la boue à la Route du Rock. RIP mes Vans grises, je ne vous oublierais jamais.

 

Dans la catégorie des non-surprises, je passe évidement sur les albums de Metronomy et des Wild Beasts, c’est même plus du jeu. Rares sont les groupes qui arrivent à maintenir un tel niveau de qualité au fil des années. Allez tiens, je me remets quand même un coup de « Reservoir » et sa jolie animation au feutre. Cette subtile petite montée de synthé dans le refrain me rend dingue à chaque fois.

 

Et côté électro, me direz-vous ? Parce que c’est pas tout ça, mais on oublierait presque ce qui fait l’essentiel de ce blog en temps normal. Et bien, j’ai notamment adoré l’album « Flatland » d’Objekt. Ultra léché et varié sans perdre en cohérence, c’est un des tous meilleurs LP de 2014 dans son genre (c’est à dire le genre « indéfinissable mais avec plein de chouettes sons »).

 

Bien que plus acoustique, on trouve dans une même veine « musique éthérée » The Acid, qui m’a bien fait tripper comme disent les jeunes (enfin les jeunes d’il y a 20 ans tout du moins).

 

Et puis il y a eu des retours plutôt réussis également: Aphex Twin, Clark pour ne citer qu’eux.

Enfin niveau techno, je note surtout des nouvelles fraîches de Tommy Four Seven : son hallucinant EP « OX » et son tout-aussi-hallucinant remix d’Eomac que voici :

 

Je n’ai pas vraiment été ébloui niveau hip-hop cette année, même si des sorties comme Rapsody, Kate Tempest ou Wara from the NBHD ne m’ont pas laissé indifférent. Mais rien de vraiment comparable avec ce qui a précédé. Bon, j’ai probablement encore raté plein de trucs bien cette année, c’est la seule explication plausible.

Mais je ne m’en fais pas, je vais probablement encore éditer ce post 40 fois en me rappelant des 40 autres albums, morceaux ou groupes dont j’ai oublié de parler à l’heure où j’écris ces dernières lignes.

Tout ça pour dire que c’était encore une chouette année musicale.

 

 

 

Mes Transmusicales 2014

Un petit article rapide pour dire que cette année a été un bon cru malgré une programmation sans têtes d’affiche. De mémoire de Transmusicales (ça doit être ma 8ème année), c’est souvent comme ça.

Ce que j’ai retenu cette année :

– Les danois de Den Sorte Skole et leur son et lumière bluffant, qui se base sur leur mix Lektion III (en téléchargement gratuit ici avec les 2 précédentes éditions, profitez-en) fait de samples divers et variés du monde entier. J’ai notamment repéré un sample de Brigitte Fontaine dans le lot, c’est pour vous dire la hypitude du truc … Et terminer un set par de la drum’n’bass à la fond la caisse aux Transmusicales : ces mecs-là ont tout compris.

 

– Blutch et son mélange de hiphop et de house : à l’image de Fakear l’an dernier, c’est le petit frenchy super talentueux de cette édition.

 

– Lizzo et son hiphop détonnant. Ça envoie du Big Mac.

 

– Dollkraut et son set electro/disco qui m’a bien enflammé Faut pouvoir oser enchainer Edwin Birdsong avec des morceaux un peu dark comme celui-là :

 

Bonne grosse claque sur le set de Boris Brejcha qui a envoyé du très lourd et pendant un bon moment.

Bien que très (trop) répétitif, je dois avouer que Vaudou Game a produit de la bonne Afrobeat qui a marché pendant un bon moment. Avant de me taper sur les nerfs sur la fin comme à chaque fois que j’écoute de l’Afrobeat. Mais grosse énergie et grosse ambiance.