Le nouveau tropur

Wow, ça faisait longtemps que je n’avais pas mis les pieds ici. Ça sentait un peu le renfermé, alors j’ai aéré un grand coup : hébergement flambant neuf, nouveau look … Il ne reste plus qu’à y mettre du nouveau contenu.

Il y a plein de sujets dont j’aimerais parler, et pas seulement de musique mais je ne sais pas encore quelle forme donner à tout ça. Donc faute de mieux, on va rester sur la formule qui a fait le renommée mondiale de ce blog pour le moment.

On va recommencer en douceur avec les quelques coups de coeur que j’ai eu au cours de l’année qui vient de s’écouler et dont je ne suis pas venu parler ici. Le problème c’est qu’il y en a eu un paquet … Par où commencer …

Buvette

On va débuter par Buvette, dont j’avais déjà beaucoup aimé le premier album et notamment le single « Nothing happen twice », très cold wave, avec cette voix caverneuse si clairement identifiable :

Voilà donc que le Suisse a récidivé en 2016 avec « Elasticity« , un album que je trouve plus construit, moins répétitif aussi, sans un déchet de bout en bout. C’est indéniablement un de mes albums préférés de 2016. De l’électro simple et efficace, bien écrite, avec pleins de chouettes synthés. « Staring at the lines » est certainement le morceau que j’ai le plus écouté sur l’année qui vient de s’écouler. Peut-être parce qu’il a cette petite touche de « Goodbye Horses » de Q. Lazzarus que j’aime tant.

Lully

Ça aussi, c’est vraiment un de mes gros kifs de 2016, et pourtant il y a peu de choses à se mettre sous la dent : seulement 3 singles en un an. Mais il a à n’en pas douter un gros potentiel et j’attends un album avec impatience.

Musicalement, ça me rappelle la pop complètement destroy de Max Tundra (qu’on n’entend plus beaucoup malheureusement), mais à la sauce millenials. Pour comparer Lully à quelque chose d’un plus moderne, on peut évoquer Flume, mais en beaucoup plus « direct ».

The Range

Aaah, The Range … Là aussi un des rares albums de 2016 que j’écoute encore régulièrement et dans son intégralité. Ca sonne très UK et pourtant c’est un américain. Je ne sais pas quelles sont ses influences mais on pourrait certainement y trouver du James Blake ou qqchose comme ça. C’est très atmosphérique, et un peu dark aussi. Ça respire la jungle urbaine en tout cas. C’est assez similaire à l’album de Son Lux, sorti à peu près à la même période, en moins « brut » peut-être.

Voilà, je pourrais évoquer aussi le retour super réussi de LCD Soundsystem, dont le morceau « American Dream » est juste le plus beau de l’année, ou le dernier album de Kendrick Lamar qui est encore mieux que les autres (et c’est pareil à chaque nouvel album), et plein plein d’autres choses. Mais on ne rattrape pas le temps perdu. Il faut savoir rester humble …

 

Une pensée sur “Le nouveau tropur”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *